Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

dimanche, 07 avril 2013

Suppression des puces.....

Le blog est un instrument merveilleux qui permet de communiquer, par delà les frontières de toute nature.

Aujourd’hui le nombre de visiteurs unique de ce blog a dépassé les 50000 visites

Le blog permet aussi de répondre aux interrogations qui peuvent être formulées, et c'est le cas aujourd'hui : de nombreuses personnes s'interrogent sur le fait que "INTERBROCANTE" a fermé ses portes.

Je me suis donc renseigné quant à cette fermeture qui prive nombre de nos concitoyens d'instants de balades privilégiées, pas loin de chez eux...

Que s'est-il passé exactement. Il est clair que j'ai puisé dans ce "dossier" bien des informations. mais il n'entre pas dans mes compétences de "rentrer dans le  détail".

Très globalement, Monsieur Max SOULIE, très honorablement connu pour ses activités, est à la tête d'une association qui prêche la solidarité et qui anime ce type d'activités dont il est question ici.

Le Préfet a voulu "récupérer" les locaux loués à l'association de Max Soulié.

Par des voies qui restent incompréhensibles, puisque Max Soulié n'en a pas été informé, le Préfet a obtenu, par voie de référé, une autorisation d'expulsion de l'association. C'était, semble-t-il,  en novembre dernier.

Parallèlement, Max Soulié, secondé en cela par des juristes spécialisés en droit public, a introduit un recours au "fond" devant le Tribunal Administratif de Montpellier.

Lorsque l'affaire est passée à l'audience, la Préfecture était représentée et le Magistrat instructeur a jugé illégale l'action d'expulsion du Préfet car, contre toute attente, l'association occupait, non pas un des locaux faisant partie du domaine public de l'Etat, mais des locaux faisant partie du domaine "privé" de l'Etat. Ce qui change la donne puisque Max Soulié devenait, de facto, titulaire d'un bail ... commercial. Le Préfet s'appuyant, quant à lui sur une convention d'occupation... temporaire et précaire....!

Comme je le disais plus haut, la préfecture a entendu ce "qu'allait être la décision du Tribunal" à savoir le rejet pour illégalité les actions du Préfet, le Tribunal se déclarant donc incompétent puisqu'on n'était pas devant une affaire de droit public mais une affaire de ... droit privé !

L'expulsion a été mise en œuvre "avant que ne tombe le jugement" qui est tombé finalement le 3 avril 2013.

Mais Max Soulié a été, dans l'intervalle, débarqué manu militari avec l'appoint de la force publique, la DREAL, un serrurier, le ban et l'arrière-ban.

Max Soulié a aujourd'hui des armes pour réclamer des dommages et intérêts, des indemnités. Il parait qu'il ne va pas s'en priver.

Mais... le mal est fait puisque cette animation à laquelle les Villeneuvois étaient attachés, n'existe plus. C'est bien dommage. Regrettable également que la municipalité ne réponde pas à Max Soulié qui a fait plusieurs demandes pour refaire les puces sur la place Michel Solans.

Régis Garcin / VilleneuveUnion

Commentaires

Quelle honte!
Pour les puces, c'est une autre commune qui risque d'en profiter et de les accueillir si la municipalité de Villeneuve ne fait rien!

Écrit par : Robert | lundi, 08 avril 2013

Le préfet à choisi le moyen le plus radical pour éliminer les stationnement anarchiques le long de la voie rapide. Dans la logique de la fermeture du carrefour de la montagnette avec mise à 4 voies il a considéré que ces stationnements devenaient dangereux.
Cette décision prouve deux choses:
D'abord que, à Montpellier, tant pour la préfecture que pour le conseil général cette fermeture est acquise.
Ensuite que M Soulié en est la première victime et il devrait se tourner vers le conseil général pour demander les indemnités promises aux entreprises impactées.

Écrit par : combes | mercredi, 10 avril 2013

Les commentaires sont fermés.