Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mardi, 27 mai 2014

Agglo de Béziers : Ménard et Lacas enterrent la hache de guerre


Ce mardi matin, le président de l'Agglomération Béziers Méditerranée Frédéric Lacas et le maire de Béziers Robert Ménard ont signé un protocole d'accord. Un document qui met un terme à de longues semaines de conflit entre les deux hommes.

Le désaccord avait vu le jour alors que Robert Ménard avait perdu la présidence de l'Agglo et ne se satisfaisait pas de la place qui lui était réservée au bureau communautaire, instance qui accueillait, qui plus est, deux élus de la minorité municipale biterroise. Des points suffisamment graves pour le maire de la ville phare qui avait menacé de sortir de la communauté d'agglomération.

Quatre points essentiels

L'accord, conclu ce mardi matin, comporte quatre points essentiels : diminuer les taxes locales et les charges de fonctionnement de la collectivité, instaurer un conseil des maires qui se réunira mensuellement, offrir une deuxième vice-présidence à la liste de Robert Ménard et garantir la souveraineté du maire sur le territoire de sa commune.

La deuxième vice-présidence, confiée à l'équipe de Robert Ménard, aura en charge le Développement du commerce et de l'artisanat des coeurs de ville. Le maire de Béziers, deuxième vice-président de l'Agglo, se voit également attribuer le Renouvellement urbain en plus de l'habitat et du logement qui lui étaient déjà dévolus.

Le conseil municipal de Béziers qui se réunit ce mardi soir n'étudiera donc pas le point N. 6 de l'ordre du jour qui visait à voter une sortie de l'Agglo. Robert Ménard abandonne également toute démarche judiciaire visant à faire invalider les élections des président et vice-présidents de la collectivité.
Info midi libre/ villeneuveUnion

Commentaires

La grenouille qui se voulait plus grosse que le bœuf, suite villeneuvoise,
Se voulant important, certain élu municipal a conservé en secret des documents qui auraient permis une action efficace à son recours; mais soucieux de son ego, il a omis d'en faire montre à qui que ce soit et a "oublié" les délais imposés par la loi. Comme dans La Fontaine, il arriva ce qu'il devait arriver: la grenouille s'est vu rejetée à cause de sa soif d'être le seul à détenir les pièces qui auraient permis le succès de son recours, toujours à la recherche de la pose théâtrale qu'elle recherche en permanence.
Hélas, comme dans la morale de la dite fable, la grenouille éclate en morceaux , gâchant ainsi toutes ses chances d'égaler le bœuf, et tant pis pour tous ceux qui ont cru en cette très modeste petite bête, dont le seul recours est de pleurer sur leur naïveté... Le nouveau La Fontaine.

Écrit par : Rogé | jeudi, 29 mai 2014

Les commentaires sont fermés.