Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

jeudi, 05 mai 2016

Le dangereux LINKY

compteur-linky_iceberg200.jpgCompteur   Linky

 Après la reconnaissance le 16 janvier 2016 par Bernard Lassus le
responsable Linky d'ERDF de 8 incendies causés par le Linky pendant la phase d'expérimentation, (2010-2011) les citoyens français sont en droit de mettre le Gouvernement en demeure d'abroger par décret ou par ordonnance les articles de la loi instaurant le Linky et le Gazpar, publiée le 18 août 2015.

Le compteur électrique à radiofréquences

 La loi de transition énergétique publiée le 18 août 2015 instaure le déploiement de 35 millions de nouveaux compteurs Linky et de son équivalent GAZPAR pour le gaz

  • Les radiofréquences que le Linky injecte dans tous les appareils électriques provoquent des pannes et des incendies
  • Elles déclenchent ou aggravent les symptômes de l’électro-hypersensibilité et sont classées « potentiellement cancérogènes » depuis le 31 mai 2011 par le Centre international de recherche sur le cancer, qui dépend de l’OMS
  • Ces ondes seraient mesurables jusqu'à 2,5 mètres à la ronde autour des installations électriques. L'électro sensibilité est une pathologie récemment reconnue dans l'hexagone : à cause des ondes (wifi, Bluetooth...), la personne développe des symptômes handicapants : insomnie, maux de tête, troubles articulaires

Au Québec, où 9 millions de nouveaux compteurs ont déjà été installés, toutes les factures ont augmenté

  • Le Linky permet à des « opérateurs d’effacement » privés d’éteindre à distance nos appareils électriques pour lisser les « pointes » de consommation • Il permet la surveillance des activités des occupants des logements.

DANGER SANITAIRE  et irradiation générale de l’environnement:

Le problème du CPL avec des câbles non blindés a pour conséquences: de rendre RADIATIF 85% du réseau Basse Tension. Toutes les familles partout en France ne pourront pas échapper aux nouvelles irradiations générées par la technologie LINKY.

La communication au fournisseur final se fera par WIFI, 24 h /24, qui sont des émissions électromagnétiques toxiques que le consommateur n’a pas le choix de stopper.

Ce qui entraîne dans les quartiers et les villes une augmentation du nombre des répéteurs (qui émettent avec plus d‘intensité que les compteurs) et la multiplication du nombre des antennes relais.

L’installation de 125 000 antennes relais SUPPLÉMENTAIREMENT est prévue pour le service du LINKY.

tableau.jpg

 

Le seuil d’exposition du public aux hyper-fréquences pulsées est fixé à 0.6 V/m, seuil maximal,

                       et non moyen, indépassable. Ce seuil maximal d’exposition du public permet la compatibilité entre la technologie de la téléphonie mobile et la santé publique. Un moratoire est appliqué sur l’UMTS (ou 3G).

Ondes des radiofréquences « cancérogènes possibles »

Alors qui croire ? La technologie CPL utilise les fils électriques classiques qui fournissent le courant. Dans le cas du compteur Linky, elle y transmet les données par radiofréquences de 75 kilohertz. Or ces câbles électriques classiques ont été conçus pour le 50 hertz du courant électrique, pas pour les champs électromagnétiques des radiofréquences.

 L’inquiétude est donc légitime, d’autant que le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a classé les ondes des radiofréquences dans la catégorie « cancérogène possible », ce qui n’a rien d’anodin.

Annie Lobé Journaliste scientifique indépendante à écrit :

«  Le système Linky est une fausse solution virtuellement élégante mais catastrophique dans la réalité, qui devrait être abandonnée sur le champ.

Cette fausse solution a été imaginée par les ingénieurs d’ERDF, filiale à 100 % d’EDF, détenant le monopole de la distribution d’électricité, et promue par des politiciens irréalistes, parmi lesquels Messieurs les sénateurs Jean-Claude Lenoir et Ladislas Poniatowski, tous deux notoirement rémunérés par EDF, le premier en tant qu’ex-cadre salarié à la fonction de « chargé de mission » au sein de la direction générale et le second en tant que consultant, qui sont respectivement président de la Commission des affaires économiques, qui pilote cette loi, et rapporteur de la loi de transition énergétique.

Ces deux hommes complètement déconnectés de la réalité sont restés sourds aux alertes et aux informations qui leur ont été adressées par des centaines de courriels reçus chaque jour, de même que l’ensemble des sénateurs, pendant les mois de juin et juillet 2015.

Lors de la séance du 9 juillet 2015, ils n’ont pas ménagé leurs efforts pour convaincre leurs collègues sénateurs de rejeter trois amendements visant à rendre le compteur Linky non obligatoire, refusant y compris cette possibilité pour les personnes électro sensibles, alors même que Ladislas Poniatowski a affirmé connaître des familles atteintes d’électro sensibilité !

Conflit d’intérêts, trafic d’influence, quel juge sera saisi pour les déchoir de leur immunité parlementaire ?

Le mercredi 15 juillet, après minuit, la présidente de la séance a fait adopter l’ensemble du texte par scrutin public, alors que ce scrutin portant adoption de la loi de transition énergétique ne figurait pas dans l’agenda du Sénat, sur lequel on pouvait lire que la suite de l’examen était prévue le 16 juillet et éventuellement le 17 juillet !

Seule une poignée de sénateurs étaient présents à cette heure tardive, le scrutin public a été effectué par procuration (186 voix pour, 26 voix contre). Une telle pratique est tout à fait contraire aux usages: le vote des textes les plus importants a habituellement lieu après la session de questions au Gouvernement du mercredi, au moment où un grand nombre de sénateurs sont présents dans l’hémicycle.

Pour la deuxième et dernière lecture de la loi de transition énergétique, la majorité des sénateurs aura donc été mise devant le fait accompli et privée de son droit de vote.

Toutes ces entorses à la légalité se déroulent avec la complicité de M. Gérard Larcher, président du Sénat, et d’Isabelle Debré, vice-présidente qui a officié durant toutes les séances sensibles (Linky et nucléaire).

Ceux qui engagent ainsi la France à déployer le système Linky en dépit des faits précédemment énoncés qui ont été portés à leur connaissance se rendent passibles de condamnations pénales pour mise en danger délibérée d’autrui (art. 223-1 du Code pénal), pour terrorisme (art.

421-1 et suivants du Code pénal), voire pour trahison (art. 411-10 du Code pénal) au profit d’entreprises allemandes qui pilotent en sous-main ce calamiteux programme dans lequel l’Allemagne elle-même s’est bien gardée de s’engager. »

Alors comme beaucoup de citoyens, nous ne souhaitons pas dans de telles conditions voter l’autorisation de mise en service des ces compteurs.

Regis Garcin VilleneuveUnion

 

 

.

 

 

Commentaires

Ma résidence est en zone radioprotection. Peut-on espérer éviter dans ce cas l'installation de compteur radio- émetteur?

Écrit par : méthivier | jeudi, 05 mai 2016

EDF ferait mieux de stopper ses projets nucléaires démentiels et qu'elle ne pourra ni mener à bien ni financer , et cesser aussi de créer des compteurs nuisibles et inutiles .

ces ingénieurs n'ont pas le moindre BON SENS et sans BON SENS , il vaut mieux rester couché chez soi !!!

Écrit par : Marc VOISIN | vendredi, 06 mai 2016

Les commentaires sont fermés.